top of page

L'Histoire de la Prestidigitation

Dernière mise à jour : 11 mars

Art mystérieux et millénaire, la magie a revêtu bien des visages aux fils des siècles.


Pour amuser, impressionner ou encore tromper, on la retrouve dans toutes les civilisations. Elle a su évoluer pour s’adapter à toutes les époques. Le lapin qui sort du chapeau a laissé la place à une magie moderne et digitale, s’appuyant sur les nouvelles technologies.

Mais la clé de voûte intemporelle de cette discipline reste le « Secret ». Sans lui, l’illusion s’écroule. Le magicien est dépossédé de son savoir pour redevenir un simple mortel, incapable d’atteindre ce que la nature lui a refusé.


Même si cette culture du secret freine les recherches historiques, on retrouve l'origine de la magie dans les plus anciennes civilisations.



L’Antiquité : Une Magie Mystique


L’Égypte Antique :

C’est en Egypte que le premier « tour de magie » est représenté. Vieille de 2000 ans avant JC, une fresque orne les parois du tombeau de Beni Hassan. Elle représente deux hommes en train de pratiquer le « jeu des gobelets ». Malheureusement, la scène n’est pas assez précise pour donner des détails sur le procédé ou la routine.


Heureusement, en 1824, le voyageur Henry Westcar rapporte un parchemin contenant un témoignage précieux au sujet d’un magicien. Il conte les exploits d’un homme : Dedi de Desnefu, premier illusionniste retenu par l’Histoire. Devant le Pharaon Khéops et sa cour, il aurait tranché la tête d’un canard et d’un pélican pour les reconstituer devant les yeux ébahis de l’assemblée.


papyrus égypte antique

Grecs et Romains :

Mais l'Egypte n'est pas la seule à avoir abrité ces faiseurs de prestiges.


Les prêtres grecs puis romains étaient eux-mêmes de grands adeptes de ce genre de procédés. Rarement utilisée comme divertissement, la magie était dans ce cas utilisée pour conforter la population dans sa croyance dans le pouvoir des dieux.

schéma prestidigitateur antique

On retrouve par exemple, des vase truqués datant du VI av JC, ou encore les témoignages du grand ingénieur Héron d’Alexandrie au début du 1er siècle de notre ère.

Il relate que le vin coulait à la place de l’eau depuis des fontaines sacrées grâce à une dérivation et un réservoir secret. Un système hydraulique et des réactions de grains de potassium jetés sur l'eau permettaient aux portes de s’ouvrir comme par magie et à des flammes de jaillir des vases.





Le Moyen-Âge : Une Période Trouble


L’imaginaire collectif décrit cette période comme sombre et difficile pour l’humanité, et encore plus pour les magiciens qui auraient été brûlés en grand nombre.


Comme toujours en histoire, la réalité est plus complexe et nuancée. Le Moyen-Age s’étend sur plus de 1000 ans et les mœurs et coutumes ne sont pas restées figées pendant cette période.

L'escamoteur de Jérôme Bosch

Il faut d’abord différencier les deux types de magie.

La première est la magie noire, qui regroupe voyants et sorcières…. Déclarant posséder de réels pouvoir, ils monnayaient souvent potions et services occultes qui allait parfois jusqu'aux crimes les plus noirs, comme le montre l'exemple de Gilles de Rais. Ils ont été combattus, notamment par L’Église puis par le protestantisme (à partir du 16ème siècle), avec la fameuse chasse aux sorcières.


La seconde est la magie blanche, c’est-à-dire la prestidigitation de l’époque. Dans ce cas, il s’agit bien plus de troubadours, d’artistes de rue présents sur les foires pour divertir la population avec des jeux d’adresse. Ils donnent leurs représentations avec des jongleurs ou chanteurs. Ce sont des amuseurs publics.

moine Roger Bacon

Pour éviter l'amalgame entre ces deux disciplines et les superstitions très courantes, le moine Roger Bacon, écrit en 1240, l’un des premiers ouvrages de prestidigitation.


Il contient la description des tours et leurs explications. Son but est de prouver que les jeux de prestige n'ont rien à voir avec le diable.



Cependant, l’ouvrage ne suffit pas toujours à éviter les erreurs de jugement de la vindicte populaire.

Livre physique amusante


C'est pourquoi en 1584, Jean de Prevost introduit le titre « Physicien » ou « Praticien de la physique amusante » pour qualifier les illusionnistes de l’époque.


Son but est ainsi de rattacher les pouvoirs du prestidigitateur à la science, plutôt qu’au monde surnaturel.




Du XVIème au XVIIIème : Une discipline qui se transforme en métier reconnu


Durant cette période, la magie évolue. Des magiciens ou « physiciens » commencent à faire fortune grâce à leurs tours. Ils délaissent petit à petit la rue pour investir les théâtres et les premières grandes illusions apparaissent.


La magie suscite l’intérêt des savants des Lumières comme Diderot, qui détaille plusieurs tours dans son Encyclopédie, à l’article « Tours de cartes et de mains ».



encyclopédie Diderot


Le XIXème : l’avènement de la magie moderne

Photo Robert-Houdin

Souvent considéré comme le plus grand magicien de tous les temps, le Français Jean Eugène Robert-Houdin a complètement révolutionné le monde de la magie.


Horloger de profession il se passionne pour l’illusion en l’étudiant dans les moindres détails. C’en est fini des trucages de seconde main, des longs tapis suspects, de la vulgarité ou encore des attirails de mauvais goût.

Place à l'élégance et à la modernité. Les innombrables instruments aux fonctions indéterminés sont remplacés par une scène au style Louis XV que lustre et flambeaux mettent discrètement en valeur.


Grâce à son ingéniosité mécanique et à son habileté, il va mettre au point de nouveaux trucages révolutionnaires pour l’époque. Des automates apparaissent comme l’Oranger magique, le Pâtissier ou encore le Voltigeur au Trapèze. Ils font le tour du monde.



Illustration l'oranger de Robert-Houdin
Automate turc mécanique

C’est maintenant la presse parisienne, la haute bourgeoisie puis les cours européennes qui se pressent pour découvrir ce prestidigitateur.


L’influence d’Houdin va largement dépasser le cadre du divertissement pour investir la politique. En 1856, l’empereur Napoléon III l'envoie en mission officielle en Algérie. Son objectif est de contrebalancer l’influence des marabouts qui prêchaient la révolte contre l’occupant européen.


Illustration : Robert Houdin contre les marabouts

A travers des expériences extraordinaires et extrêmement dangereuses, comme être fusillé vivant, il frappe l’imaginaire collectif et démontre la supériorité de la magie française.


Il refuse le cachet de 10 000 francs que le ministère de la guerre lui offre, estimant avoir fait son devoir de citoyen.


Le général Desvaud écrit à son sujet « les deux hommes qui ont fait le plus pour la pacification de l’Algérie sont Jules Gérard, le tueur de lions et surtout Robert-Houdin, le prestidigitateur. »




Son exemple inspira toutes les générations de magiciens qui suivirent. Ehrich Weisz plus connu sous le nom d’Harry Houdini, adopta son pseudo en hommage au grand Robert-Houdin.



De 1871 jusqu’à 1950 : L'Essor de la Prestidigitation


Avec la naissance de la magie moderne, la prestidigitation se développe dans toutes les grandes villes. La grande illusion est à son apogée, lévitation, tête coupée, disparition … ces shows rivalisent d'ingéniosité, pour attirer toujours plus de monde.


Affiches vintages illusionnistes

Magicien Georges Méliès

Un magicien, Georges Méliès (1861-1938) décide d’exporter son art dans une autre discipline : le cinéma.


Il crée alors les premier effets spéciaux sur grand écran, mélangeant habilement les techniques cinématographiques, aux trucages de l’illusionniste. Son œuvre la plus célèbre reste Voyage sur la Lune (1902).



Au début du 20ème, La prestidigitation est maintenant un hobby à la monde. Elle investit théâtres et cabarets. C’est l’époque gants blancs et chapeau haute forme. La FISM (Fédération Internationale des Sociétés Magiques) est créée en 1937 et organise les premiers championnats du monde en 1947 (après la guerre).


Dans le même temps, un nouveau type de magie fait ses premiers pas : Le Close-Up, c’est-à-dire la magie de proximité. A l’opposé de sa cousine la Grande Illusion, elle favorise un contact et une interactivité directe avec le public. Il participe en effet à un tour réalisé à quelques centimètres de leurs yeux.



De 1950 jusqu’à nos jours : La Naissance de la Magie Contemporaine



Dans la deuxième partie du XX siècle, la prestidigitation rentre petit à petit dans une nouvelle ère. Le costume en queue de pie est abandonné, le 4ème mur brisé pour avoir une magie dynamique, sensationnelle, au plus proche du spectateur.



Magicien David Copperfield

David Copperfield est l’un de ces artisans. Avec lui, c’est la démesure.


Terminé le tour des colombes, il préfère traverser la muraille de Chine, faire disparaître la statue de la Liberté ou encore échapper à des situations impossibles.


En 1977, ABC (groupe audiovisuel américain),l'engage pour une série « la magie de David Copperfield » qui aura un retentissement mondial. Il organise des tournées internationales. Ses shows à Las Vegas afficherent tous complets.



Magicien Prestidigateur, Dai Vernon

Durant la même période, la magie Close-Up commence à se démocratiser jusqu’à devenir plus courante que la grande illusion.


D’abord grâce au canadien Dai Vernon, qui simplifie et renouvelle les techniques de manipulation. Puis par la télévision, qui lui donne un nouvel essor.



En France, on peut citer « Y’a un truc » avec Gérard Majax, « Attention Magie » avec Gilles Arthur ou encore « Le plus grand cabaret du monde » avec Bernard Bilis.

La Street Magic, soit la magie de rue, a encore renforcé cette attirance pour l’illusion de proximité. Les émissions du magicien américain David Blain ou celles de l’anglais Dynamo proposent une magie urbaine.

Plus de trappes ou de jeux de lumière. Les gens sont sélectionnés au hasard dans la rue pour participer à un prodige, dans les conditions quotidiennes de la vie.



magicien Dynamo

Aujourd’hui, la prestidigitation s’invite partout, dans les salles de spectacles, à la télévision, sur les réseaux, dans les événements d’entreprises ou chez les particuliers.



Ainsi, l'usage de la magie, ses outils et ses objectifs ont évolué avec le temps. Du grand prêtre égyptien au magicien moderne, en passant par le saltimbanque, la pratique de la magie a connu de nombreux changements.

Mais que ce soit par la crainte, l'émerveillement ou la curiosité, elle a toujours fasciné et continue d'être une source d'inspiration pour le cinéma et la littérature.



コメント


bottom of page